Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juillet 2012 7 15 /07 /juillet /2012 13:54

 

Visiblement, il y a des choses qui changent et d’autres qui ne changent pas. Qui tire les ficelles, qui décide de ce qui est bon pour l’autre et la conduite de sa vie, qui a le droit de vous donner des leçons, des règles de savoir-faire que l’on n’aurait pas comprises comme si le droit à l’erreur ne devait pas exister et que l’on soit trop petit pour s’en apercevoir soi-même en laissant faire le temps et les choses. Cela me rappelle un passage du « Journal » d’Hélène Berr : Seulement, lorsque je vois tellement de morts qui sont infligés par les hommes, c’est difficile. Tout ce passe comme s’il y avait deux morts, celle que Dieu impose, la mort « naturelle », et celles que les hommes ont créée. La première devrait seule exister… (p.225-226). 

 

La mort psychique, par la peine que l’on se croit permis d’infliger, et qui atteint l’âme par l’injustice relève du même principe. La seule différence, c’est qu’à cette époque, on se réfugiait derrière la conviction d’une race supérieure, à laquelle il fallait se soumettre. Aujourd’hui, que prenons nous comme valeur première l’argent souverain devant lesquel il faudrait s’agenouiller, en admettant que c’est là le principe normatif, la référence du bon choix, celui reconnu de l’intérêt à suivre. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Joelle Thienard - dans Billets d'humeur
commenter cet article

commentaires