Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 mai 2015 4 07 /05 /mai /2015 11:14
Crépuscule

Le crépuscule ploie

Sous les feux du ciel

Estampe et voix

De la terre en sommeil.

 

***

Repost 0
Published by Joelle Thienard - dans Poésie
commenter cet article
7 mai 2015 4 07 /05 /mai /2015 10:08
la voilà

La voilà

la poésie qui revient

exigeante et secrète

réclamant tout son dû

ses rimes et ses délires

pont jeté sur les crimes

ou beauté de chaque jour,

elle revient 

faire un tour…

 

***

Repost 0
Published by Joelle Thienard - dans Poésie
commenter cet article
12 avril 2015 7 12 /04 /avril /2015 10:03

 

C’était sa maison, le blanc puisait la lumière à l’ombre des arbres, les étoffes reflétaient les rayons du soleil, le bleu s’inspirait des couleurs du ciel, et l’âme s’y promenait sans heurt  de l’aube jusqu’à la nuit.

Repost 0
Published by Joelle Thienard - dans Texte libre
commenter cet article
6 avril 2015 1 06 /04 /avril /2015 09:55

La rosée

du soleil

du soir...

Voir les commentaires

Repost 0
Published by Joelle Thienard - dans Poésie
commenter cet article
6 avril 2015 1 06 /04 /avril /2015 09:52

Le crépuscule ploie

Sous les feux du ciel

Estampe et voix

De la terre en sommeil.

Repost 0
Published by Joelle Thienard - dans Poésie
commenter cet article
6 avril 2015 1 06 /04 /avril /2015 09:40
l'arbre d'une vie

 

J'étais en train de réfléchir à la nécessité d'entretenir un blog quotidiennement, suite à un récent échange, quand j'ai appris la mort du fils d'une amie. Et je me dis combien tout ceci parait dérisoire face à l'absurde qui peut frapper à tout moment. Bien sûr la vie continue dit-on, mais il faut bien avouer que face à l'universalité des sujets du monde, la personnalité est bien au centre de toutes les informations, elle et ses transformations. Comme l'arbre qui reçoit les intempéries, même s'il continue de pousser, elle en gardera les marques, indélébiles, l'écorce se modèlera, elle sera peut-être plus pâle, plus foncée, ou plus épaisse, à cet endroit précis.

 

Repost 0
Published by Joelle Thienard - dans Texte libre
commenter cet article
6 avril 2015 1 06 /04 /avril /2015 09:36

A part

les grillons dans le métro

Il y a

des cadors, des caïds

uniformes repassés

le crayon comme une arme

ou tout autre machine

le verbe bien affûté

la voix de la poitrine

il faut intimider.

Habillés tout de vert

ne vous y trompez pas

Ce n’est pas de nature

dont il s’agit, non, pas !

Point d’herbe ni de fleur,

ou autre champ que de

bataille

guerre contre les parias

infortunés sans fortune

qui ne peuvent pas acheter

un seul petit billet

dont le montant est plus

qu’une baguette de pain.

Ne vous y trompez pas

le rêve n’y est pas

mais la fatalité

de la réalité

où le sourire se chasse

comme un mauvais présage

à croire que tout est beau

ici bas

et enfin vous rappeler

que l’état c’est pas vous

et surtout quelque fois

Que vous alliez,, béats

vers une joie de vivre

où la peur n’y est pas

Surtout ne jamais croire

à une autre justice

lorsque le sans papier

en a laissé juste un

cinquante euros sans signe

ni signer là, en bas

car lui ne le peut pas.

Et c’est ici, aubaine

pour une fois on le croit

et on le bénira,

on le laissera filer,

Au fond, ça arrangera

pour une fois, le système....

 

Repost 0
Published by Joelle Thienard - dans Poésie
commenter cet article
9 mars 2015 1 09 /03 /mars /2015 07:59
Solitude

La solitude est un pays étrange

où chaque bruit résonne

quelques pas sur la terre

inconnue et le cycle

de ces voix qui se perdent

jusqu’au couloir final

des miroirs entre-deux

où l’on se trouve enfin

sans habit, juste soi…

Repost 0
Published by Joelle Thienard - dans Poésie
commenter cet article
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 10:39

Finies les veillées entre les générations. Nos vieux, retraites bloquées font parfois les poubelles, comptent leurs sous à la caisse des supermarchés, angoissés, au centime près pour des prix débridés. Retraités isolés ou encore regroupés souvent sans leur volonté dans des maisons que l'on appelle "mouroirs" à l’abri des regards, ils dérangent, à présent, on dirait. On ne supporte pas leur image délabrée, leurs rides accentuées, signes de leur vie passée qu'eux ont déjà donné à s’occuper du monde quand ils y avaient leur place. Un monde soucieux de son image, et pas le temps de traîner.  Juste un peu parfois leur en accorde-t-on pour leur rendre visite, histoire en somme qu’ils veuillent bien encore pardonner, quand leur temps, eux, le passent, patients et sans révolte -ils n’en ont plus la force- à attendre, résignés, l’heure de la fin de cette vie dans ces derniers instants, bafouée.

Repost 0
Published by Joelle Thienard - dans Billets d'humeur
commenter cet article
28 février 2015 6 28 /02 /février /2015 11:40

Les lumières de l'eau sont les bougies du ciel....

Voir les commentaires

Repost 0
Published by Joelle Thienard - dans Poésie
commenter cet article