Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 décembre 2014 2 23 /12 /décembre /2014 08:56
La tranquillité du soir

On court, on échafaude, on promène ses mots, ses pensées, ses questions, et soudain l'on se heurte à la tranquillité du soir, à la paix retrouvée. Ecouter les oiseaux, ou le cri d’un crapaud, le bruit des pieds sur l’herbe, regarder une vigne. Pâle lueur du soleil derrière les courbes noires des pins qui se détachent, quelques pâqueretteséclairent la terre. Le silence nous enveloppe, lorsque les odeurs montent, si fortes que l'on pense pour toujours pouvoir s'en imprégner, et s’y laisser plonger, pour  respirer à fond, le cœur de cet instant.

 

octobre 2014

Repost 0
Published by Joelle Thienard - dans Texte libre
commenter cet article
22 décembre 2014 1 22 /12 /décembre /2014 08:20

 

Si en matière de physique, les mêmes causes produisent les mêmes effets, je me demande si nous ne pourrions  pas échapper à cette fatalité en matière de relations humaines. Espérer, en quelque sorte, que l’être humain ne soit pas une matière figée, et soumise ce genre de précipités….

Repost 0
Published by Joelle Thienard - dans Actualité
commenter cet article
21 décembre 2014 7 21 /12 /décembre /2014 09:43
Le chemin

Le chemin se dévale

Clair sur les cailloux,

Bordant les ombres pâles

Des arbres qui s’y reflètent

Il serpente et dessine

Une aventure , un signe

Regardant les reflets

Les courants, les nuages

De l’eau qui s’époumone.

Le chemin qui serpente

A les allures du vent.

Repost 0
Published by Joelle Thienard
commenter cet article
21 décembre 2014 7 21 /12 /décembre /2014 09:36

On marche dans une forêt, on arrive à la croisée de chemins. Il faut choisir. Notre intuition se met en route, et toutes les connaissances de notre cerveau pour nous indiquer lequel. La suite nous dira sûrement si nous avions raison, ou si nous avons fait une erreur. Nous sommes seuls juges. Mais quel que soit le résultat, nous apprendrons quelque chose. La forêt ne fait rien d’autre que nous montrer des possibilités, naturellement si je puis dire. C’est tout à fait autre chose qui se produit lorsque l’on vous impose un choix dicté par la conscience de celui qui le décide pour vous.

Comment ne pas repenser à ce film bouleversant « Le choix de Sophie ». Celui proposé dans un camp à cette jeune mère pendant la guerre 39-45, de faire mourir l’un ou l’autre de ses enfants, son fils ou sa fille. La cruauté mentale de cette imposition de la part de son tortionnaire, s’est sans doute pris pour Dieu un instant, montre la différence. Peut-on imaginer la torture de la vie cette femme après ce choix ?

Repost 0
Published by Joelle Thienard - dans Actualité
commenter cet article
6 décembre 2014 6 06 /12 /décembre /2014 06:53
Quelques mots sur le sable

J’ai écrit

Quelques mots sur le sable

Je les ai effacés

En confiant aux nuages

Passés, ou à venir

Les rouleaux incessants.

octobre 2014

Repost 0
Published by Joelle Thienard
commenter cet article
3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 11:16
Dans les brumes du temps

Tu étais

un tant soit peu morose

perdu dans tes pensées

sur le relief des choses

tu refusais de croire

que la vie est si simple

tu refusais de voir

la beauté de ce soir

tu étais

un tant soit peu perdu

dans les méandres sombres

de la peine morose

qui seule, s’enchevêtrait

dans les brumes du temps.

 

 

Septembre 2014

Repost 0
Published by Joelle Thienard - dans Poésie
commenter cet article
22 novembre 2014 6 22 /11 /novembre /2014 11:08

Sur les arbres, à l'entrée de l'hiver, il y a déjà la promesse du printemps...

Repost 0
Published by Joelle Thienard - dans Pensées diverses
commenter cet article
8 novembre 2014 6 08 /11 /novembre /2014 10:39

Les robes s’éparpillent
Sous les pupilles
Les corps font de rondes
Enjambées
Le flot tourne
Danse.

Voir les commentaires

Repost 0
Published by Joelle Thienard - dans Poésie
commenter cet article
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 11:41

Comme un balancier

Traverse son axe

La vie se défile

Ou laisse une trace.

Les corps s’abandonnent

S’insurgent ou frissonnent

De plaisir soudain,

Les larmes sont folles.

Le vide s’installe

Et la vie défile

Blanche sur le sable

Eternelles rides

Vague qui se retire

Le silence oblige

Inutile de fuir

Le ressac n’est pas

Pire.

 

 

Quelque part en  2014

Repost 0
Published by Joelle Thienard - dans Poésie
commenter cet article
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 11:11

L'intuition est la première forme de la connaissance...

Repost 0
Published by Joelle Thienard - dans Pensées diverses
commenter cet article